[Interview] – Gamit SAS

Il y a quelques temps de cela nous vous présentions l’application Iphone « En-Quête Rouen » sur notre blog. L’équipe de la start-up rouennaise Gamit a accepté de répondre à quelques questions dans le cadre d’une interview.

Comment est née Gamit ? 

Comme beaucoup de projets, notre entreprise est née d’un échange entre deux passionnés.

Florent Samat et moi-même, Nicolas Gréverie, partageons la même formation de Game designer dispensée à SUPINFOGAME. Nous avons en commun la volonté de porter le jeu vidéo et tout ce qui le compose au-delà des frontières de la cible « joueur » conventionnelle. En effet, nous sommes  convaincus que les apports ludiques et psychologiques du jeu (immersion, dépassement de soi, la notion de « juste récompense »…) peuvent renforcer l’attractivité et l’engagement d’une activité. Ainsi, un projet de visite ludique sur support mobile, axé sur le domaine culturel,  a émergé au fil des échanges. Pour étayer notre leitmotiv, nous avons présenté notre projet au concours créa’ctif en Février 2011. Ayant la chance d’être lauréats du concours en Juin 2011, nous avons alors eu le support de la CREA qui nous a motivés pour passer du projet isolé à une structure plus vaste : notre entreprise !

Pour initier la démarche, la CREA nous a fait rencontrer divers acteurs, comme le Seinari (Agence régional de l’innovation) à qui nous avons présenté le projet de société. Séduit par le projet, Seinari valide alors notre incubation le 21 Septembre 2011, jour de mon anniversaire : un beau cadeau !

Depuis cette date, Florent et moi avons appris à entreprendre : monter un business plan complet, faire une étude de marché, vendre notre projet… Nous avons également lié des contacts dans le monde professionnel et appris énormément. La conclusion logique de ce cheminement est la naissance de Gamit, une SAS comptant 4 personnes dédiées  à l’apport du ludisme dans la vie de tous les jours : nous sommes créateurs d’expériences ludiques.

Quel est le nombre de salariés de l’entreprise et quelles sont leurs domaines de travail principaux ?

Florent s’occupe de la partie création, rédaction des contenus et cahier des charges sur les projets.

En qualité de Président, je m’attache à la gestion globale de l’entreprise tant du point de vue financier que managérial.

 Pour nous accompagner dans l’aventure Gamit, nous avons recruté deux salariés :

Loïc est notre bi-classé « Chargé de communication » (presse, réseaux sociaux, supports) et « Commercial » (démarchage et suivi client) qui arrive à mener de front avec brio les 2 domaines. Avec son expérience passée dans le tourisme, le commercial et la communication,  il a le profil idéal pour avancer sans se faire déborder par la charge de travail (surtout en période de lancement sur les 2 activités).

Benjamin, notre mage «Gameplay Développeur », maîtrise les arcanes du code. En plus de comprendre notre discours, parfois très conceptuel, il apporte une vision complémentaire grâce à son expérience dans un studio de jeu vidéo français bien connu.

Vous vous placez sur un secteur en pleine expansion : les applications à finalité culturelle. Comment se présente le marché actuellement ? La demande est-elle forte ?

Oui ! Et cela ne concerne pas que les institutions sur le domaine culturel. En effet les applications numériques ludiques sont très demandées par les grandes entreprises, les commerces et les organisateurs d’événements. Ces applications vont devenir un standard dans les années à venir, le jeu étant ancré au plus profond de chacun de nous.

On le voit de plus en plus, la place des réseaux sociaux et des médias numériques est de plus en plus croissante ces dernières années. De quelle manière cela aide votre entreprise à se développer ? Quels en sont vos principaux usages ?

Ces nouveaux médias omniprésents répondent à un usage « tout numérique » qui est en phase avec la jeune génération. Il est naturel pour nous de les utiliser au cœur de notre communication. Les réseaux sociaux sont un lieu d’échange et de partage : si nous donnons de l’information en communiquant sur les mises à jour de notre application, sur les retombées de presse et sur la vie interne de l’entreprise, nous « écoutons » aussi ce qui se dit, qu’il s’agisse des retours de nos utilisateurs ou pour faire de la veille sectorielle.

Quel(s) conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent lancer leur propre Start-Up ?

Sur la base d’une idée déjà conceptualisée et bien réfléchie dans l’usage, les principales recommandations que je peux donner à mon niveau sont :

  • Parler de son idée. Une bonne idée se partage et les échanges l’enrichissent. D’autant plus qu’en parler fait souvent naître des opportunités. Bien sûr, il faut faire attention de ne pas fournir votre projet clé en main à tout le monde, mais les partenaires et les soutiens naissent souvent d’un échange.
  • Se faire accompagner. Une entreprise, surtout pour des porteurs de projets qui sont plus techniques que financiers, c’est une montagne de questions. Trouver des réponses sera toujours à la charge des porteurs de projet, mais les bonnes pistes à creuser doivent être apportées par des accompagnements. Pour nous, de multiples acteurs ont joué ce rôle et nous les en remercions (CREA, CCI, Seinari, KPMG)
  • Être conscient de l’ampleur. Lancer une société, au-delà de la passion et de la certitude de son idée, c’est s’engager dans un marathon. On sait où est la ligne d’arrivée, mais la maitrise des paramètres pendant la course est parfois variable et la marche arrière n’est pas une option. L’investissement (personnel, en temps, parfois en argent) est complet et être capable de garder le cap quand tous les paramètres changent peut facilement déstabiliser.

Quels sont les étapes principales à respecter lors du développement d’une application ou d’un projet web ?

En ce qui nous concerne, les grandes étapes dites « classiques » ont été la conception du projet dans son usage (notre Game design/cahier des charges), puis l’affinage des outils techniques (Unity 3D, iPhone) et enfin une chaine de production (qui fait quoi, quand et en combien de temps).

Au-delà de la production, il y a la dimension externe qui impacte grandement les projets innovants à prendre en compte : étude du marché/concurrence nouvelle, orientation de la communication et validation de l’usage par de nombreux tests pour être sûr que ce que nous voulons mettre en place soit perçu comme il faut.

Enfin, à ne pas oublier si l’on débute dans le monde mobile : la soumission sur les plateformes (Appstore, Google Play) est régie par de nombreuses règles avec  un délai de validation variable. Il faut l’intégrer dès le départ pour ne pas avoir de surprise au dernier moment.

French Coffee Shop Rouen

A Rouen, nous n’avons pas de Starbucks mais cela n’empêche pas notre bonne vieille ville d’avoir pas mal de lieux sympa où déguster un café et autres gourmandises. Aujourd’hui, sur Rouen Perplexe, un tout nouvel établissement ouvert, début juin : French Coffee Shop.

French Coffee Shop

French Coffee Shop, c’est d’abord une franchise avec plus d’une quarantaine d’établissement en France. Celui de Rouen est quant à lui le premier ouvert en Normandie. Au programme, 75 boissons différentes à base de thé, de café ou de chocolat qui se présente sous la forme de boisson chaudes ou glacées. A cela s’ajoute, un large choix de boisson à base de fruits et des pâtisseries. Pas de restauration salée mais il est néanmoins possible, sans problème, de venir y manger son sandwich sur le temps du midi. Côté ambiance, c’est chaleureux, le design intérieur est travaillé et l’on se sent rapidement à l’aise.

943379_189410434551315_247909995_n

Côté boisson, nous avons testé le Café Latte et le Frigio Café (boisson glacée), taille médium (3€50) que nous avons consommé en terrasse. Les boissons ont bon goût, le café est de qualité mais néanmoins, petit bémol pour le « Frigio Café » qui à réagit assez bizarrement quelques minutes après l’avoir récupéré. La boisson s’étant séparée en deux (par manque de glace ????).

image (1)

Si vous aussi, vous avez testé French Coffee Shop Rouen, n’hésitez pas à poster vos impressions en commentaire de l’article.

____________________________________

French Coffee Shop Rouen
16 Rue Thouret [Plan]

Facebook –  Site Internet
Tél : 02 35 98 65 29

Les Plus :

L’ambiance et la déco

La terrasse

Les prix raisonnables

Le wifi gratuit

 Les Moins :

Mis à part le petit souci avec la boisson, rien à signaler.

A noter, que l’établissement est accessible aux personnes à mobilité réduite

« En-Quête Rouen » l’application ludique pour découvrir Rouen

Bannière_application_En_Quête_Rouen

Les guides touristiques vous ennuient, vous souhaitez découvrir de manière ludique Rouen et vous êtes accro aux nouvelle technologies, l’application « En-Quête Rouen » est faîte pour vous. Développée par la start-up rouennaise Gamit, et disponible depuis le 4 juin 2013 sur l’Appstore, l’application vous emmène à parcourir le centre-ville de Rouen, à la découverte des lieux qui ont fait l’impressionnisme !

Parcours de l'application à travers la ville de Rouen et ses monuments

L’aventure commence sur le parvis de la cathédrale avec une rencontre, celle d’un promeneur égaré dans notre monde, votre guide virtuel qui demandera votre aide afin de retourner dans son tableau alors inachevé. Pour cela une quête, une aventure, et un sympathique parcours dans es rues de Rouen, vous emmènera à la découverte de 9 points remarquables de la ville dont le Gros Horloge, la Halle aux Toiles ou encore le Palais de Justice. 

« A chaque point d’intérêt (POI), le promeneur vous donne un objectif à remplir : trouver un code QR, répondre à une question culturelle, jouer à un mini-jeu sur votre mobile… Toutes ces interactions vous permettront d’avancer sur le parcours et de faire avancer la narration. »

« En-Quête Rouen », les nouvelles technologies au service de la culture !

Grâce à l’usage de nouvelles technologies, la visite est interactive, ludique, et dynamique. Vous devenez plus qu’un simple visiteur, vous devenez l’acteur de votre visite. Pour réussir cela, trois technologies ont été principalement utilisé pour permettre une immersion totale dans le jeu :

Technologie_QR CodeLes QR Codes, tout d’abord, que vous pouvez trouver sur les vitrines des commerçants. Il y en a plusieurs à trouver au fil de votre parcours qu’il vous faudra scannez grâce à la caméra de votre smartphone afin de progresser un peu plus dans l’aventure !

Technologie_Géolocalisation

La géolocalisation déjà bien connu des utilisateurs de smartphone et des réseaux sociaux qui vous permettra de vous situer dans votre environnement et de pouvoir trouver votre route. « En bas à gauche de chaque carte, il vous est indiqué en temps réel, le nombre de mètres restant à parcourir. » Utile notamment quand vous faîtes une halte dans votre parcours pour faire les boutiques ou faire simplement une pause. L’application se met alors en veille et reprendra en même que vous, intégrant ainsi facilement le programme de votre journée sans l’entraver.

Technologie_Réalité Augmentée

Pour finir, place à la réalité augmenté qui permettra à votre guide virtuel via l’interface de votre téléphone d’intégrer votre environnement rendant l’aventure d’autant plus réaliste et plus immersive ! le personnage devenant ainsi un acteur à part entière de votre visite.

Une application 100% normandes développer par Gamit, né grâce au soutien  de Seinari, d’Oséo et de la Créa qui a reçu le label Normandie Impressionniste ! 

_________________________________________

Caractéristiques de l’application

– Point de départ pour jouer à En-Quête Rouen : parvis de la Cathédrale, devant l’Office de Tourisme de Rouen
– Un tutorial au lancement de l’application
– 6 mini jeux : 2 jeux d’habileté (crochetage de serrure), 2 jeux de réflexion (puzzle) et 2 quizz culturels
– 9 points d’intérêt (POI)
– Des informations culturelles sur l’impressionnisme pour découvrir Rouen de manière ludique
– Technologies intégrées : géolocalisation, QR codes et réalité augmentée
– Temps moyen du parcours 1h30
– Option « joker » pour ne pas rester bloqué sur une énigme

____________________________________

Disponible sur l’AppStore : ICI 

FacebookTwitter

Article par : Prunelle

___________________________________________________

« En-Quête Rouen », l’interview

Combien de temps avez-vous mis pour développer cette application ? Quels ont été les principales étapes de sa conception ?

Avant de faire le point sur les délais, il est important de noter que cette application a pour vocation d’être un laboratoire de tests à tous les niveaux, autant dans la faisabilité que pour éprouver son usage auprès du public. Elle nous a également servi de test auprès des partenaires pour voir quel niveau de compréhension ils ont sur le sujet et les contenus (vérification, validation et communication, etc). C’est le cas de l’Office de Tourisme de Rouen, notre parrain, avec qui nous échangeons régulièrement.

Sur la partie technique, 3 mois ont été nécessaires. Il également a fallu compter 6 mois pour la validation des droits à l’image pour les tableaux utilisés ainsi que les échanges et retours entre les organismes de validation de contenu.

Cette application est née grâce au soutien de la Créa, de Seinari et d’Oséo. Comment se sont placés chacun de ces partenaires dans le processus de création et de développement ?

La CREA a fait sortir  le projet de terre avec le concours Créa’ctifs où nous avons été lauréats en 2011. Puis, elle nous a fait rencontrer le Seinari quelques mois plus tard afin de préparer l’entreprise au-delà du projet d’application. Une fois incubés chez Seinari, nous avons mis en place les étapes essentielles à la création de la société. Une étude de marché ainsi que la création de « l’application laboratoire » ont été financées par Oséo et Seinari. Par la suite, Seinari nous a aidés sur l’accompagnement dans sa globalité ainsi que dans le choix des structures (comme par exemple KPMG pour le business plan).

A noter que la CREA nous a suivi tout au long de ce processus et je tiens d’ailleurs à remercier Monsieur Frédéric SANCHEZ, Président de la CREA, qui nous soutient personnellement dans le projet.

Quels sont les plus de cette application par rapport à une visite de la ville avec un guide touristique ?

En-Quête Rouen est une application à forte plus-value ludique mais aussi touristique qui vient compléter les visites guidées et les outils traditionnels de visites (panneaux informatifs, brochures, audioguides).

Notre application est à mi-chemin entre l’apprentissage et le jeu : l’idée avec cet outil  hybride est d’ouvrir la porte pour un nouveau public qui n’est pas attiré à la base par ces domaines et qui a besoin d’un nouveau média pour (re)découvrir les richesses du patrimoine. Nous ciblons aussi les familles puisque l’application comporte des données historiques avec des phases de gameplay (mini-jeux).

Nous voulons éveiller la curiosité des utilisateurs pour qu’ils poussent la porte des monuments et qu’ils aillent chercher l’information au-delà de l’application.

Combien y a-t-il eu de téléchargement d’ « En-Quête Rouen », à ce jour ?

Après 3 semaines, nous comptons 300 téléchargements, ce qui est très encourageant. C’est une application qui se veut pérenne. Les téléchargements ne se limitent pas qu’aux Rouennais : Nous avons eu beaucoup de téléchargements effectués par des touristes, Français et étrangers. Sur Rouen, le flot est continu et sans cesse renouvelé, et chaque visiteur est un utilisateur potentiel de l’application (disponible en Français et Anglais). Il sera bon de faire un bilan dans un an et de croiser les données avec les autres outils d’information touristique.

Android étant le leader sur le marché des smartphones, est-ce qu’une version de l’application sous ce format est prévu prochainement pour toucher un plus vaste public ?

Bien évidemment. Notre laboratoire a été développé uniquement sous iOs pour des questions de budget et de temps de réalisation, mais nous sommes en train de travailler sur le portage de notre solution sur Android afin de rendre accessible l’application aux plus grand nombre. Dans le même temps, ce portage donnera lieu aussi à un portage sur support  tablette. A moyen terme, nous pensons aussi aux nouveaux supports, comme les lunettes de réalité augmentée – Google Glass.

Le défilé des marins lors de l’Armada 2013

A tous les nostalgiques de cette période de fête qu’a était l’Armada 2013, Rouen Perplexe vous propose de redécouvrir le défilé des marins, en photographie :

Powertrafic, le webmarketing à la rouennaise

Découvrez les entreprises de Rouen !

Aujourd’hui, nous mettons en lumière Powertrafic, une start-up Rouennaise spécialisée dans le référencement.
Dernièrement, Powertrafic a fait peau-neuve en nous révélant son nouveau site internet : http://www.powertrafic.com/

Powertrafic, jeune et dynamique, met également en ligne des cas pratiques réels afin de sensibiliser les clients à la problématique du référencement. Mais c’est aussi l’occasion pour des étudiants de découvrir de vrais cas, chose qui n’est pas souvent aisée quand on étudie à l’université.

Les compétences de l’agence :

♦ WordPress,
♦ Magento
♦ Prestashop
♦ Joomla
♦ Os Commerce
♦ Oxatis

N’hésitez pas à les contacter, nous on connaît quelques membres de l’équipe et on peut vous assurer qu’ils sont rapides, dynamiques, sympathiques et efficaces !

Bref, Powertrafic c’est une agence de webmarketing à découvrir de toute urgence ! Eh oui, le secteur des IT bouge à Rouen.

@rouenliquide

Non, ce compte Twitter ne fait pas référence à la pluie qui tombe sans cesse, ni à la vague impressionniste qui envahit la ville sur le thème de l’eau. Ce nouveau compte tweete simplement sur les magasins rouennais qui liquident leurs stocks. Autrement dit, il vous déniche les bonnes affaires.
Alors à vos cartes bleues. Attention néanmoins de ne pas sombrer dans al folie comme tous ces gens qui ont sauvagement achevé de ravager Virgin.

13ème édition du Festival du Court-Métrage

Du 15 mai au 5 juin, l’Omnia République (Rouen) et le cinéma Ariel de Mont Saint Aignan s’animeront à l’occasion du 13ème festival du Court-Métrage organisé par le Courtivore. Un événement incontournable de la vie rouennaise qui a accueilli l’an dernier 870 spectateurs. La sélection éclectique de 27 films d’un format n’excédant pas 20 minutes ont été sélectionnés par le jury de l’association. C’est à découvrir sur le programme du festival que vous pouvez retrouver ICI.

Les enfants ne sont pas oubliés puisqu’une projection « Jeune Public » sera organisé le 16 mai 2013, au cinéma Ariel de Mont Saint Aignan. L’occasion pour les plus jeunes de découvrir une autre facette du cinéma et les possibilités qu’offre d’un point de vue créatif le 7ème art.

Au programme pour les plus jeunes : 

Partir / Joanna Lurie / 3 min.
Je te tiens, tu me tiens / Olivier Gastinel / 15 min.
Luminaris / Juan Pablo Zamarella / 6 min.
Le bonbon / Elizabeth Richard / 5 min.
Le petit blond avec un mouton blanc / Eloi Henriod / 8 min.
Si tu veux revoir ta mère / Xavier Douin / 9 min
Origami / Joanne Smithies, Eric De Melo Bueno, Michael Moreno, Hugo Bailly Desmarchelier, Camille
Turon / 8 min.
Dum Spiro / Boris Cailly, Brieuc Guenole, Jean-Baptiste Hardion, Thomas Lemoine, Sébastien
Wackowiez / 6 min.

Projection sur inscription par les professeurs des écoles des classes de CM1/CM2 qui sont invités à s’inscrire auprès Isabelle Appleton-Ganon : isabelle.appleton-ganon@ac-rouen.fr ou 06.12.90.04.59.

Plusieurs prix seront remis à l’issus de la finale !

Le prix du public qui sera remis le 5 juin et permettra au vainqueur de décroché une récompense de 1000 euros offert par le Crédit Normandie devenant ainsi le lauréat du festival. Le Courtivore s’est associé au CRIJ de Haute-Normandie pour le prix 18-30, qui sera remis par un jury de 7 jeunes âgés de 18 à 30 ans. Les membres de ce jury assisteront gratuitement et dans des conditions privilégiées à toutes les séances du festival et auront la charge de désigner ensemble le gagnant du prix du jury 18/30. Le prix jeunesse sera quand à lui remis après avoir été désigné par le jeune public scolaire issus de classe de CM1/CM2.

Un événement à ne pas manquer dont vous pouvez dés à présent découvrir le teaser !

________________________________

Festival du Court-Métrage 

Organisé par le Courtivore

15 mai au 5 juin

Programme – Site Internet

Perplexe d’ailleurs : le Carnaval étudiant de Caen

A l’honneur, aujourd’hui sur notre blog, une autre ville, un ailleurs pas si lointain, un peu plus au sud, direction la Basse-Normandie avec le Carnaval Etudiant de Caen qui inaugure une nouvelle catégorie qui vous fera découvrir ce qui se fait de mieux en dehors de Rouen.

Même si à Rouen, nous avons notre propre petit carnaval (40 participants maximum), il est loin d’égaler celui de Caen qui tout simplement monstrueux : 15 000 étudiants, 9 chars, des DJ’s, un Harlem shake géant, et tous les étudiants de sortie pour l’occasion !

C’est à 11h que nous avons quitté après une panne de voiture digne de film hollywoodien (mais si, vous savez la typique panne de radiateur ?!) notre chère ville au Cent Clochers, direction la Basse-Normandie. Parce que pour le coup nous sommes de pauvre étudiants et que payer des péages, c’est surfait, nous avons donc pris la RD675 … une route diabolique puisque sans suspens pendant 80km où nos seuls moment d’émotions ont été quatre pauvre rond-points. Deux heures de routes plus tard, nous y sommes … le carnaval peut commencer pour nous !

Croiser des gens costumés devient normal et le centre-ville se transforme en terrain de jeu géant où tout devient possible : voir un mec déguisé en matelas, des Batman, des Tomb Raider, des fées, des chaperons rouges etc. Tous plus ou moins alcoolisés et complément fous ! c’est partie, pour la parade !

537420_258394090964692_1743603969_n
902401_259450360859065_2131069550_o 902841_257849411019160_1539577134_o 903613_258329334304501_1953980268_o

599527_258392347631533_1226329162_n 882438_258329497637818_623242362_o 903613_258329334304501_1953980268_o 903993_259428240861277_182867785_o

Photos par US Picture

6000 personnes présentent pour un Harlem Shake Géant ! 

Vous n’avez pas pu passer devant le phénomène Harlem Shake qui a parcouru le web ces dernières semaines et le carnaval n’a pas été épargné par cette vague déferlante. C’est donc, 6000 étudiants qui se sont réuni pour trente seconde de folie, sur l’esplanade de l’université, à 18h30 tapante. Néanmoins, pour avoir été au milieu de la foule à ce moment précis, je peux vous dire que le moment n’étais pas des plus agréable, malheureusement ! c’est tout de même le seul moment de mon existence où j’ai eu l’impression de passer dans une machine à laver géante ! malheureusement, je n’en suis pas sortie plus propre qu’en arrivant !

Le Carnaval Etudiant de Caen sur les réseaux sociaux ! 

Un événement aussi important que celui-ci ne pouvait pas échapper aux réseaux sociaux qui ont donc commenté en direct les événements avec parfois un brin d’humour, de dérision mais surtout un avis unanime sur la réussite complète du Carnaval de Caen.

Capture2

Capture

Capture3

Capture2

Le carnaval étudiant de Caen, c’est magique, fantastique, immanquable et nous vous recommandons fortement d’y aller l’an prochain ! vous ne serez assurément pas déçu ! ;) 

Article par Prunelle 

Match décisif pour le Hockey Français. (Update !)

« Le Hockey sur Glace en France est un sport qui se joue à 6 contre 6 et à la fin, c’est toujours Rouen qui gagne ». Voilà le genre de phrase que l’on entend souvent dans le monde du Hockey français, mais cette année la hiérarchie a un peu changé (pas pour longtemps je vous rassure).

Depuis le début de saison, Angers fait figure de favori plus que Rouen. On entendait alors partout qu’Angers allait tout rafler cette année et faire mieux que Rouen ( ce qui sera dur après l’année 2012 des Rouennais conclue avec un titre de Champion de France, le troisième de suite, et une coupe d’Europe). Je vous parle de tout cela car Samedi a lieu à Rouen le Match 6 de la finale de la Ligue Magnus (le championnat de France). La finale se joue en 7 matchs (4 victoires pour glaner le titre) Angers mène la série 3 victoires à 2 contre Rouen et une victoire sur les terres rouennaises leur donnerait le titre de Champion de France.

hockey_jm-thuillier660_0ccc2653c4adc6fe90b1cef3fcee76c9 (2)

Mais voilà, en bon normand et rouennais, je veux croire a un retournement de situation. Angers est souvent connue pour perdre en finale, d’ailleurs c’est le cas cette année après avoir perdu deux finales de suite. La première contre Rouen (encore!) en finale de la Coupe de la Ligue et la deuxième à Bercy pour le compte de la Coupe de France contre Briançon. Les Angevins ne peuvent pas perdre cette nouvelle finale sous peine d’être la risée du Hockey Français  (bon d’accord j’exagère un peu ).

Rouen est et restera le meilleur club de France même si la perte du titre semble inévitable pour une grande partie des pronostiqueurs. En tout cas, Samedi, sera le dernier match de la saison pour les Rouennais à Rouen (si victoire de Rouen match décisif à Angers Mardi prochain), allons supporter nos valeureux guerriers et finissons cette saison de la meilleure des manières. Allez le RHE !

Martyornot.

Edit 9/04/2013 : Le match de Samedi dernier s’étant conclue par une victoire du Rouen Hockey Elite 3 à 1, ce soir aura lieu à Angers le fameux Match 7 qui décidera du vainqueur de la Ligue Magnus. Si vous souhaitez regarder le match, celui-ci sera surement diffusé dans des bars à Rouen comme le All Sports Café placé sur les quais. Mais si vous souhaitez le voir tranquillement chez vous, il vous suffira de vous brancher sur Sport +. Souhaitons que les Rouennais nous ramènent une fois de plus le titre de Champion de France. Allez les jaunes et noir, allez Rouen !

Previously On : l’émission de radio des accro aux séries télés

Ce week-end dans la Geek’s Zone, Previously On, l’émission de radio mensuelle dédiée aux séries télés de la station R2R. Rouen Perplexe est allé à la rencontre de Sabrina la créatrice et co-animatrice de l’émission. Une interview en deux temps : une partie est consacrée à la genèse de l’émission et son programme. Tandis que dans une seconde partie, vous pourrez en découvrir un peu plus sur Sabrina et sa passion communicative pour les séries télés. 

D’où vient l’idée de Previously On ?

A l’époque de la création de Previously On en 2011, à part une exception, il n’y avait personne dans mon entourage avec qui je pouvais partager ma passion. C’était très frustrant. Je me suis donc tout naturellement tournée vers internet et l’envie de partager à pris le dessus; c’est comme ça qu’est né la page et le concept de Previously On.

Comment est-ce passé de la page Facebook à l’émission de radio ?

A la base si j’ai créé une page Facebook et pas un blog ou un site, c’est parce que je voulais que l’info soit simple et rapide d’accès. L’idée de base c’était vraiment que les gens reçoivent l’actu directement dans leur fil d’actualité sans avoir à « penser à aller checker un site » et risquer de manquer les dernières news importantes. Je voulais offrir aux sériephiles l’actu la plus fraîche possible sans avoir à l’enrober dans un article de 50 lignes qu’ils ne liraient pas… Malheureusement Facebook a commencé son système de promotions, il fallait payer ou alors uniquement 30% des ‘fans’ recevait les actus dans leur fil d’actualité. Ça cassait absolument tout le concept de Previously On alors j’ai commencé doucement à arrêter de poster et ai commencé à chercher des alternatives…Grace à cette page j’ai été invitée dans l’émission radio de Christophe-Xavier « pratique comme un tapis volant » pour une spéciale Previously On d’1h. Ça a été une révélation, un vrai coup de foudre pour la radio ! Très vite Christophe m’a proposé de crée une émission entière pour Previously On. J’étais un peu tétanisée, je dois l’avouer, mais je ne pouvais pas laisser passer une opportunité pareille, qui en plus tombait à pic. Le projet à été reçu avec beaucoup d’enthousiasme par R2R, et c’est comme ça qu’est née l’émission radio mensuelle Previously On.

Comment est organisée l’émission et peux tu nous donner quelques exemples de thèmes qui sont abordés ? 

L’émission est divisée en 4 temps afin d’offrir un contenu le plus complet et varié possible. Chaque chroniqueur/animateur a son domaine de compétence : en plus d’animer, je m’occupe de la chronique actualité, ensuite nous avons une chronique « Focus Série » qui aborde une série différente chaque mois, puis une chronique « Rétro Série » qui s’intéresse aux vieille séries et pour finir une chronique Web Séries. Pour vous donner un exemple, dans la dernière émission nous avons fait le tour de l’actu, parlé de Game of Thrones, de MacGyver, de la web série Noob, de la Flander’s Company etc… Il y a pour tous les goûts.

Maintenant, peux tu te présenter un peu plus aux lecteurs et lectrices de Rouen Perplexe ? 

Entre deux épisodes je suis en L2 d’Anglais. Je suis très éclectique en matière de séries donc j’en regarde beaucoup. Ca passe par exemple de The Walking Dead à Downton Abbey, The Big C, Grey’s Anatomy, New Girl ou encore Lost ma série fétiche. (liste très loin d’être exhaustive).

Comment a commencé ta passion pour les séries télés ? 

Ma passion pour les séries remonte à l’enfance. J’ai grandi en regardant plus ou moins assidûment des séries à la télé; Buffy, Sliders : Les Mondes Parallèles, Stargate SG1, Lois & Clark etc… Mais je crois que ma passion est vraiment née à 9 ans, quand j’ai découvert Smallville, série dont je suis fan, qui a duré 10 ans et avec laquelle j’ai littéralement grandit. D’autres séries ont suivies et ont elles aussi bercé une période de ma vie. Aujourd’hui je comptabilise plus de 90 séries et il y en a encore tant à découvrir… C’est tout un univers et je suis totalement accro !

Un acteur et une actrice fétiche ?

Terry O’Quinn (John Locke dans Lost) sans hésitation ! Je lui voue un culte et suis en extase à chaque fois qu’il apparaît dans une série ou ailleurs.

Zooey-Deschanel

Côté actrice je dirais Zooey Deschanel (Jess dans New Girl), il suffit de regarder ses (très) grands yeux et l’entendre parler 2 minutes pour comprendre. Je suis secrètement amoureuse d’elle.

______________________________

Retrouvez l’ensemble des podcasts de l’émission sur le site de la radio R2R

Prochaine émission : le 11 Avril 

Merci à Sabrina de nous avoir accordé un peu de son temps pour cette interview.