Le What’s Up Festival

Rouennais et Rouennaises, vous n’êtes pas sans ignorer que nous avons un petit magazine local qui diffuse toutes les activités du mois : concerts, manifestations, etc. Autrefois, ce magazine mensuel se nommait le ??? et c’était un nom plutôt cool.

Désormais renommé le « What’s Up Rouen » (changement de nom qui a bien sûr fait débat), le petit magazine donnera même son nom, je suppose, à un festival organisé au Zénith de Rouen : le What’s Up Festival.

Qui dit festival et qui dit Rouen fait que, très vite, on peut penser à une affiche moyenne, des groupes peu connus. Et bien non! Cette affiche, initialement composée de Skip The Use, Groundation, Shaka Ponk et Fishbone, est pour le moins très satisfaisante.

Le public était très jeune, principalement des adolescents et des étudiants.

Que dire de ce concert?

Du très bon en entrée : Skip The Use a littéralement enflammé le Zénith (phrase cliché pour faire pro, t’as vu) avec un set rock et un frontman très en forme. Ils nous ont même demandé de faire quelque chose ensemble, pour « prouver à la France que la jeunesse peut encore s’unir » : un sitting géant au coeur du Zénith de Rouen. Sur le papier, c’est beau, en pratique, c’est fastidieux. Pourquoi? Parce que se baisser pour s’assoir quand on est tous plus ou moins collés et encombrés de nos affaires (parce que, oui, en Normandie, quand on va à un concert, on se couvre, même si on a chaud après) puis se relever, c’est assez acrobatique, au final. Mais c’était cool.

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

Du moyen en plat de résistance. Quoi, tu n’as pas aimé Groundation? Bah non, je n’ai pas aimé. Objectivement, le groupe tient musicalement la route et sur scène n’est pas plus mauvais qu’un autre. C’est juste que personnellement, leur musique, pourtant livrée avec un message magnifique de paix et d’amour (« This is no politic and no religion, it’s all about love and music » dira le chanteur), ne me transcende pas… Du coup, l’ennui se fit sentir pour ma part lors de leur set.

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

Alors qu’on attendait tous Fishbone, comme prévu, on voit la scène de Shaka Ponk se monter. Il y aura eu un changement de programme? Non, finalement, Fishbone ne viendra pas. J’ignore les raisons de ce désistement. Toujours est-il que Shaka Ponk en dessert, c’est plutôt agréable. On m’avait dit que c’était moins bien depuis l’arrivée de la chanteuse, mais moi, je ne suis pas d’accord. Le groupe s’impose dès le début du set comme la véritable tête d’affiche de ce festival. Un concert survolté, mené de manière intense.

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

C’était une bonne soirée, malgré la déprogrammation de Fishbone. Cela reste une très bonne initiative pour laquelle le client en a pour son argent : de 25 (tarif des BDE) à 29 euros (tarif normal) la place, pour quatre (ou trois…) concerts, à domicile qui plus est, une affiche s’adressant à un jeune public, le What’s Up festival donne le ton :  Rouen sera jeune et dynamique ou ne sera pas.

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

© Rouen Perplexe – Tous Droits Réservés

À propos de sovaness

Gourou musical à temps complet, boss des internets le reste du temps.

Publié le mai 3, 2012, dans Le Rouen Qui Bouge, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :