Les terrasses de tous les jours.

Rouen. Le soleil. Un oxymore parfait, une antiphrase sublime.

Quand le soleil (si vous ne savez pas à quoi il ressemble, c’est normal : vous êtes un vrai Rouennais et par chez nous, si on sait reconnaître une tornade avant que Météo France ne l’annonce, il faut avouer que le soleil, ce truc jaune et chaud, askiparait, on ne voit pas trop à quoi ça ressemble), se pointe chez nous, les Rouennais et les touristes anglais (qui viennent chez nous car il fait quand même moins moche que chez eux) redécouvrent un plaisir simple : LA BIÈRE OU LE CAFÉ EN TERRASSE.

À base de clopes, de mousse et de caféine, le passage terrasse est LE moment obligatoire pour tous promeneurs du dimanche et des autres jours de Rouen.

Bon, il sert à quoi cet article, vous allez me dire ?

J’y viens. Il se trouve que, après une promenade par les belles rues pavées de notre jolie ville qui n’a pas perdu son charme depuis Jeanne d’Arc, je me suis dit « et si j’allais prendre un café en terrasse ? »

Comme une noob, et pourtant je vis ici, je me suis dirigée vers la place du je-sais-plus-quoi-1944. Là où on trouve le Citizen, les Floralies, le Socrates. Autant de lieux chics et pas toujours agréables où le prix est aussi élevé que la qualité de service peut y être déplorable.

COMME UNE NOOB, je pensais aller aux Floralies, dont je ne suis déjà pas excessivement fan (service pas terrible et offre limitée), mais je me suis assise à la terrasse d’un restaurant qui a l’air chic et design : LE 16/9.

Et là, putain, c’est le drame ! Le mec nous sert mal, nous balance un café quand ça le fait pas trop chier. Sympa, sympa. N’ayant pas testé la partie restaurant du 16/9, je n’accuse en rien et ne remets pas en cause leur potentielle qualité en tant que restaurant. Mais si jamais vous tenez à boire du café sur cette place, quitte à payer cher comme un bobo/noob, allez au Citizen, au moins, c’et bon, et vous serez bien servi par une équipe agréable.

À propos de sovaness

Gourou musical à temps complet, boss des internets le reste du temps.

Publié le juillet 17, 2012, dans Rue de la Soif, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :