Le Rouen Perplexe de Neon Mag

Personellemment, j’adore Neon Magazine. Suffisamment allumé et déjanté pour donner envie de lâcher quelques euros dans de la presse papier, Neon est un des rares à savoir encore me séduire.

Rouen fait pas mal parler d’elle dernièrement, mais pas en bien : citerne qui pète et pont impraticable, fuite de gaz… Neon profite donc de l’occasion pour nous faire découvrir ses bonnes raisons de visiter Rouen.

Et vous, quels sont les choses que vous préférez à Rouen et qui vous semblent incontournables ?

Image

Article de Neon Mag, à retrouver sur leur siteégalement :

« => Remonter le temps en flânant dans la rue de Damiette, dite la rue des antiquaires, et le long du ruisseau Eau-de-Robec, avant de reprendre des forces grâce au cheesecake de la pâtisserie Les Cousines. Les Cousines, 16 place du lieutenant Auber.

=> Se la jouer Old England à l’heure du thé dans le très cosy et baroque salon de thé Dame Cakes. Avec vue sur la cathédrale de Rouen, plus haut bâtiment du monde de 1876 à 1880. Dame Cakes, 70 rue Saint Romain.

=> Après avoir admiré la cathédrale millénaire, rendue célèbre dans le monde entier grâce aux peintures de Monet, monter en haut du beffroi gothique du Gros-Horloge. Rue du Gros Horloge

=> Se détendre à La Boîte à bières, une institution fondée il y a 25 ans et située dans une maison à colombages branlante. Sur la carte, plus de 200 types de bières et de nombreux (et excellents !) cocktails et spiritueux. A déguster avec une planche de saucisson et de jambon fumé, en jouant aux fléchettes. La Boîte à bières, 35 de la rue Cauchoise

=> Découvrir de jeunes groupes rock ou jazz au Saxo. Tenu par « Patou », un passionné de musique, ce bar laisse sa chance à de jeunes musiciens et offre un large choix de bières. 11 place Saint-Marc

=> Se faire une session shopping dans l’atypique droguerie et quincaillerie Deconihout, installée rue du Gros Horloge depuis 1921, avec à l’étage du mobilier et de la décoration vintage. Deconihout, 138 rue du Gros Horloge

=> Assister à l’arrivée des trois mâts et autres voiliers venus des quatre coins du globe pour l’Armada 2013, du 6 au 16 juin. Ne pas rater les concerts gratuits organisés pour l’occasion (Iggy Pop, Wax Tailor et les Rita Mitsouko s’y sont déjà produits, on annonce Mika cette année).

=> Assister à un match de hockey des Dragons de Rouen dans leur antre de l’île Lacroix. Malgré la fraicheur, l’ambiance est souvent brûlante. Et les mecs sont doués : douze fois champions de France en 25 ans. Patinoire Ile Lacroix, Avenue Jacques Chastellain

=> Se faire un peu flipper à l’aître Saint-Maclou. Une cour (et ex-cimetière médiéval) entourée d’un ancien ossuaire du XVIe siècle. Les bâtiments et les poutres entourant le cloître sont ornés de squelettes sculptés et l’on trouve dans l’un des murs un chat momifié. C’est mieux que le train fantôme. Aujourd’hui, le bâtiment abrite l’école des Beaux-Arts (coïncidence ?). 186, rue de Martainville

=> Finir sa soirée en dansant sur le bar du Chester’s café. Quentin, le patron, enflamme les soirées en préparant les cocktails façon « coyote girls ». Il n’est pas rare de voir ses meilleur(e)s client(e)s le rejoindre sur le promontoire pour se tortiller façon dancefloor. Chester’s café, 44 rue de la République »

À propos de sovaness

Gourou musical à temps complet, boss des internets le reste du temps.

Publié le février 19, 2013, dans Divers, Le Rouen Qui Bouge, Rue de la Soif, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :